Requiem est une faction secrète de la C.I.A. qui apparaît dans le mode Zombies de Cold War. Leur but est de contenir et d’enquêter sur les brèches interdimensionnelles apparues dans le monde. Leur chef est Grigori Weaver.

Résumé[modifier | modifier le wikicode]

Requiem est actif depuis 1983 et a enquêté sur les différentes brèches et anomalies apparues dans le monde à cause du Groupe Oméga qui a réactivé l’accélérateur de particules du projet Terminus, une base nazie abandonnée. Requiem est responsable de l’affrontement contre les manifestations de l’Éther Noir autour du globe et aussi de l’investigation de la base nazie abandonnée que le Groupe Oméga a réactivé quelques temps plus tôt. Avec l’aide d’un ancien membre du groupe, le Lieutenant Orlov, les protagonistes parviennent à enfermer la brèche et détruire la base avant de s’enfuir.

Membres[modifier | modifier le wikicode]

Renseignements Audio[modifier | modifier le wikicode]

Présaison[modifier | modifier le wikicode]

  • L’incident :

Kurtz : J’ai terminé mes réglages, docteur Vogel. Vous pouvez commencer l’enregistrement.

Vogel : Merci, c’est déja fait. Ici Ulrich Vogel, directeur du projet "Terminus". Nous sommes le 7 mars 1944. 22h03. Début du test cyclotron numéro 12. Docteur Kurtz, vous pouvez procéder.

Kurtz : Tous les chiffres sont dans une fourchette acceptable. Il semblerait que nous ayons bien les collisions attendues, et... euh, certains signes intéressants commencent à...

Vogel : Qu’est-ce que c’était ?

Kurtz : Je ne sais pas. Les instruments sont dans le rouge. Il faut qu’on coupe tout !

Vogel : Mon Dieu ! Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qu’il y a dans l’air autour de l’accélérateur ?!

Kurtz : Vous, là-bas ! Vous devez reculer de...

Vogel : Kurtz ! Coupe le courant !

  • Monde parallèle :

Vogel : Ulrich Vogel, directeur du projet "Terminus". 12 Mars 1944. Cinq jours se sont écoulés depuis l’incident, et je commence à me dire que ce n’était pas un coup dur, mais une percée. Littéralement.

Le cyclotron continue de fonctionner, apparemment sans source extérieure de courant. Impossible de le désactiver, et il en émane toujours cet étrange phénomène que j’appelle une "faille", mais que Kurtz considère comme un "trou de ver".

Nous avons fixé des instruments à l’extrémité d’une longue tige en métal, que nous avons ensuite passée dans la faille. Les chiffres confirment que le cyclotron a bien déchiré le tissu de l’espace-temps.

Quelque chose attend de l’autre côté. Un monde parallèle, ou peut-être même un univers tout entier. Mais nous n’osons pas trop en approcher, de peur de subir le même sort que les hommes actuellement allongés dans cette clinique.

Ces derniers sont dans un état qu’on peut qualifier de "mort-vivant". Kurtz pense qu’ils ont reçu une forte dose de radiations étrangères depuis l’autre côté de la faille. Nous analysons leur sang et des échantillons de tissu à la recherche de traces d’éléments rares ou de pathogènes inconnus.

Documents[modifier | modifier le wikicode]

Présaison[modifier | modifier le wikicode]

  • Lettre d’approbation du projet Terminus :

5D186FCE-1191-42AC-ABA9-B7DF149BA871.pngCher Dr Vogel,

J’ai le plaisir de vous informer qu’après un examen approfondi mené par nos experts, nous avons décidé de valider la demande que vous avez soumise conjointement avec le Dr Kurtz au sujet du cyclotron. Le projet Terminus recevra donc un financement officiel.

Un site a été choisi par le Reichsgau de Dantzig en Prusse occidentale pour la construction et la mise en service de l’accélérateur de particules. À la condition que vous-même ainsi que le Dr Kurtz vous engagiez à superviser personnellement les opérations quotidiennes du projet Terminus. Cela implique donc que vous preniez congé de l’université. Je suis cependant convaincu que cette entreprise se révèlera bien plus passionnante que vos travaux académiques.

N’oubliez pas que le Reich attend de vous de grandes avancées dans le domaine de l’enrichessement de l’uranium. Je sais que vous désirez contribuer à l’étude de la physique quantique, mais le programme d’armes atomiques est notre priorité.

Le site polonais est niché dans une zone boisée de nom de Morasko. Les travaux de construction seront réalisés par des résidents des camps d’internement voisins.

À l’instar de tous les programmes de l’Uranverein, le projet Terminus est un secret d’État. Vous ne pouvez donc en parler à aucun se vos collègues, à l’exception du Dr Kurtz. Vous êtes tous deux convoqués ici, à l’Institut, lundi matin. Vous serez conduits au site de  Morasko où vous superviserez la construction du cyclotron.

Pour la mère patrie,

Docteur Kurt Diebner,

Directeur de l’Uranverein

  • Schéma de la brèche spatio-temporelle :

Faille-Space.pngExtrait de "Schéma de la brèche spatio-temporelle" :

Destiné uniquement au haut-commandement du Reich !

Schéma d’une possible brèche spatio-temporelle

Cyclotron de Terminus

7 Mars 1944

Remarque : la brèche est résistante, mais instable. Nous enverrons une sonde très prochainement. Résultats à venir.

  • Plan de Der Wechsler :

DerWechsler.pngExtrait de "Plan de Der Wechsler" :

Des turbines isotopiques extraient les éléments radioactifs du cerveau des sujets.

Résultats initiaux : succès mitigé. Il est nécessaire de multiplier les essais.

Sujet 1. S’est souvenu de son nom. A baptisé tous les autres de "schnitzel".

Sujet 2. Est retourné au poste de garde. S’en est servi de latrines.

Sujet 3. A correctement déchargé une arme de poing. Puis s’est mis à dévorer les balles.

  • Message codé #1 :

MessageCode1.pngZPTLX WGJCW OVHVU ZECUO BYZHE OVZUT IBNIE AERZJ FUUVH GSVVE MAMOY PQBLG LYYQZ IJRCL GEZDX MCVTT VCZFE XZMNH RVITL QYJFV AJBGX FBWRY QJUFB ZBVKM ZVPPP TVPGC EBM

  • Message codé #2 :

MessageCode2.pngXGFAAF

GFXFDF

FFDDXF

XFAXXG

FGAAXG

XFGGAA

GDXFFG

FFXDFA

AXFAFF

DGFDFF

FFFFAG

FDFFXG

XFAAAG

GGFXFA

FAGFGA

XFGFFG

XGXFGX

AGFDDA

AAGFFG

FFFFGX

FFAFFG

FDGAAG

AGGFXF

FFDAGA

ADAAFG

GFFXXF

DXFXAX

ADFGDG

ADDDFD

ADAFFA

DGAFFX

AXDGFG

DGAAGD

XFADFF

FFFGFD

Transmissions Radio[modifier | modifier le wikicode]

Présaison[modifier | modifier le wikicode]

  • Officier Weaver :

Weaver : Équipe d’intervention. Ici Weaver. Je comprends que les informations sont dures à avaler. Des brèches interdimensionnelles partout dans le monde, une infection qui transforme les gens en morts-vivants ; on ne peut pas dire que les deux dernières semaines aient été réjouissantes.

Requiem a dû réagir à cette catastrophe. En même temps qu’on me "réquisitionnait" pour diriger toute cette opération, j’ai reçu l’ordre de préparer une petite liste d’hommes : vous les gars.

Voilà ce qu’on sait. Il y a deux semaines, une unité des Spetsnaz connue sous le nom de Groupe Oméga a débarqué ici pour réactiver l’accélérateur de particules. Leurs actions ont causé les zones de contagion qui apparaissent dans le monde, et on se trouve à l’épicentre.

Pourquoi ils ont fait ça et dans quel but ? C’est ce que l’on cherche à comprendre.

On a perdu deux équipes avant de découvrir ce site. Faites que leur mort ne soit pas vaine. Trouvez-nous des réponses.

  • Docteur Grey :

Grey : Équipe d’intervention ? Vous m’entendez ? Bien sûr que oui. Désolée, je débarque un peu, j’espère que vous ne m’en voudrez pas de cette approche un peu "décontractée".

Je ferais mieux de me présenter : je suis le docteur Elizabeth Grey, directrice des sciences paranormales, un adjectif qui caractérise plutôt bien cette journée, je crois.

Habituellement, je serais assise dans mon laboratoire à Bristol à discuter autour d’une bonne tasse de thé avec Pip et Sam, les deux macaques avec lesquels je travaille. Mais là, BOUM ! Voilà ce qui me tombe dessus.

Je me retrouve mobilisée par le gouvernement pour le représenter dans cette nouvelle organisation, Requiem. Franchement, comment aurais-je pu refuser ?

Bien sûr, le nom est un peu inquiétant, mais imaginez l’opportunité, les découvertes potentielles qui nous attendent dans cette nouvelle réalité... J’ai une chance de changer le monde.

  • Dimension de la mort :

Grey : Oui, je sais, il semblerait que la fameuse "dimension de la mort" ait ouvert ses portes au beau milieu de notre jardin, mais on y trouve aussi la vie... et oui, j’y inclus aussi les morts-vivants.

Le potentiel inexploité de cette découverte, cet "Éther"... pourrait nous donner les outils pour grandir, ou même pour évoluer en tant que personnes et que société.

Imaginez un peu : un monde sans guerre. Ou avec moins de guerre. Mais ça vous mettrait au chômage, pas vrai ? Je dis ça comme ça, bien sûr.

  • Docteur Strauss :

Strauss : "Il y a bien peu de choses en ce monde qui valent plus que la connaissance ; et l’une d’entre elle est la capacité à savoir comment et quand utiliser cette connaissance." Vous savez qui a prononcé ces mots ?

C’est bien ce que je pensais. Il s’agit du Docteur Vogel, le scientifique en charge du projet "Terminus", qui m’a dit cela il y a près de quarante ans, alors que j’étais employé dans ce complexe.

Je sais que vous avez des doutes à mon sujet. J’entends ce que des gens comme vous racontent sur moi dans les couloirs. "Mon Dieu, c’est bien le docteur Oskar Strauss, l’ancien scientifique nazi ? On l’a nommé à la tête des recherches sur l’énergie ? Mais c’est horrible !"

J’aurais deux choses à vous répondre. Premièrement, je ne suis pas nazi. Je n’ai jamais été rien d’autre qu’un homme de science, cherchant à survivre dans un monde cruel et abject. Et deuxièmement : vos doutes m’importent peu, tout ce qui compte, c’est que vous soyez capable d’obéir.

  • Éthérium :

Strauss : Cette source d’énergie. Les Allemands l’appelaient l’exo-élément 1. Mais moi, je l’appelle de son vrai nom... l’Éther. Elle peut potentiellement révolutionner le monde d’une façon qui dépasse encore l’entendement.

Je vais comprendre ces cristaux. Et je découvrirai comment et à quel moment les utiliser. J’espère, au minimum, que vous saurez l’apprécier.

Je vous demande simplement de me laisser faire mon boulot, et je vous laisserai faire le vôtre.

Nous n’avons pas besoin d’être ennemis. J’espère bien d’ailleurs qu’un jour, nous pourrons travailler ensemble, côte-à-côte. Peut-être même nous nous considèrerons comme des camarades.

Mais ne vous attendez pas non plus à ce que je vous serre dans mes bras en rentrant de mission.

  • Major Carver :

Carver : Équipe d’intervention, vous me recevez ? Enfin un signal puissant. Je sais que les circonstabce sont loin d’être idéales, mais permettez-moi de me présenter officiellement : je suis le major Mackenzie Carver. Mes amis m’appellent Mac, mais pas vous.

Et oui, je suis CE major Carver. La plupart des histoure qu’on vous a racontées sont vraies. Mais tout ça, c’est du passé, et je préfère vivre dans le présent et me préparer pour l’avenir.

Comme vous le savez sûrement, je suis à la tête de la division Confinement et sécurité de Requiem. C’est un poste que j’ai personnellement demandé.

N’allez pas vous méprendre : on est en guerre. C’est une partie d’échecs, et les soviétiques et le groupe Oméga viennent tout juste de placer leur reine.

Ce sont eux qui ont ouvert ces portails, et vous pouvez être sûrs que c’est pour essayer de prendre un avantage tactique sur nous.

  • Nouvelle course aux armements :

Carver : Nous avons affaire à une toute nouvelle dimension. La technologie qu’elle pourrait offrir est... inimaginable.

On a beau avoir la bombe atomique, qu’est-ce qu’on peut faire si l’ennemi déploie une arme interdimensionnelle, qu’on ne peut ni anticiper, ni contrer ? C’est la nouvelle course à l’armement, et on part déja bons derniers.

Mais moi, je suis là pour faire en sorte que la Défense reçoive ce qui lui revient de droit, ce qui inclut Strauss et ses cristaux d’Éther. Si on veut reprendre l’avantage sur notre ennemi, on doit agir vite, et faire en sorte que ces types en blouse blanche ne nous cachent rien. Ne me décevez pas.

Artefacts[modifier | modifier le wikicode]

Présaison[modifier | modifier le wikicode]

  • Télécommande du D.C.D. :

Dcdtelecommande.png La télécommande du D.C.D. permet de localiser et d’activer le D.C.D. à distance. Attention : ne pas activer le D.C.D. s’il est pointé sur vous.

  • D.C.D. :

Dcdoriginal.png Le Diviseur Corporel à Décompression a d’abord été conçu comme un collecteur d’exo-élément 1, mais un incident a changé sa fonctionnalité. Lors d’un essai en extérieur, un assistant a accidentellement vidé un chargeur complet d’un seul coup, provoquant une onde de choc qui a détruit un transport militaire ainsi que le voiture personnelle du Docteur Vogel. Le projet Terminus a alors découver la puissance de cette arme miracle, tandis que l’assistant a découvert celle d’un peloton d’exécution.

  • Étherscope :

Etherscope.png L’étherscope est un scanner portatif conçu pour étudier l’éther noir. Cet appareil est capable de révéler d’étranges phénomènes, tels que les réflexions spectrales d’évenements passés qui se répètent dans d’autres espaces-temps.

  • Journal du docteur Vogel :

Journal.png Le journal du docteur Vogel renferme de nombreux secrets sur le projet Terminus, comme le mot de passe du tableau de commande de Der Wechsler.

  • Agent de décontamination :

Agentdecompression.png L’agent de décontamination est un composant en or destiné à Der Wechsler. On le pensait à jamais perdu lorsqu’il a été dérobé en 1945, mais il a finalement été retrouvé près de quarante ans plus tard dans un arbre non loin du complexe. Apparemment, les voleurs avaient oublié où ils l’avaient planqué.

Documents Classifiés[modifier | modifier le wikicode]

Présaison[modifier | modifier le wikicode]

  • Départ tardif :

Je ne sais pas si je vais encore survivre encore longtemps, alors je vais être bref. Mon nom est David Martinez, et j’ai travaillé au Blackwood pendant cinq ans. J’ai commencé chez les voituriers, puis j’ai obtenu un job à l’accueil avant d’être promu au poste de superviseur de l’accueil. Après toutes ces heures passées à combattre ces... "choses", je suis le seul survivant de tous les employés du Blackwood. Je suis actuellement caché dans un des placards du hall d’entrée, et je commence à craindre que les secours que j’attends ne viennent jamais. J’ai vidé le distributeur des employés, mais ma réserve d’en-cas diminue à vue d’œil. À présent, je souhaiterais laisser un message à mes anciens collègues.

Pour Dexter, l’adjoint au responsable : merci d’avoir été aussi gentil envers moi. Tu m’as aidé à obtenir mon premier job au Blackwood, et tu m’as soutenu au long de ces cinq années. Je sais qu’on avait parlé de me transférer aux comptes clients, mais on dirait que l’occasion ne se présentera plus.

Pour Wiley, manager adjoint en ingénierie : avant que ce cauchemar ne commence, tu étais toujours réservé et taciturne. Mais lorsque l’on a vraiment eu besoin de toi, tu as été assez courageux pour être là pour nous. Si tu n’avais pas connu l’architecture du Blackwood sur le bout des doigts, de nombreuses vies auraient été perdues. Tu méritais mieux que le sort que ces monstres t’ont réservé.

Pour Lindsey, sous-chef : en matière de desserts, tu es la meilleure chef que je connaisse. Tout le monde disait que ta crème brûlée était sans égale, mais en réalité, je trouvais tes torrejas tout bonnement divines. Et merci de m’avoir appris à utiliser un chalumeau de cuisine en guise d’arme. Je n’aurais imaginé qu’un jour, je verrais autant de visages en train de brûler.

Pour Pablo, le préposé aux casiers du spa : ce bourgeon que tu avais ramené de Cali reste la meilleure herbe que je n’ai jamais eue. Bizarrement, on aurait dit que je revenais aussi de vacances.

Pour Arlington, le manager adjoint de l’accueil : tu étais un homme pathétique. Tu passais ta vie à craindre les reproches et les réprimandes de tes supérieurs. Pour cette raison, tu étais cruel envers tes subordonnées. Si seulement je pouvais te regarder te faire déchiqueter à nouveau.

Pour Bob, le responsable de l’Hôtel Blackwood : nous n’oublierons jamais ce que tu as fait pour cette communauté. Tu étais un véritable héros.

Pour chaque client que j’ai rencontré dans notre charmant hôtel : vous devriez mieux traiter ceux qui travaillent au service d’autrui. La plupart d’entre nous sommes partis de rien. Nous avons travaillé dur pour atteindre ce point. Nous sommes des êtres humains, tout comme vous, ou plutôt tout comme vous l’étiez avant de vous transformer.

Pour Carmen et Anthony, ma femme et mon fils, les amours de ma vie : j’espère que vous êtes en sécurité, et que vous avez échappé à ce sort. Nous nous retrouverons dans la prochaine vie.

  • Piège à Touristes

Mon nom est Amber Jackson, et je ne pensais pas être du genre à tenir un journal intime, mais bon, nous y voilà, planquée dans le port, au fond du yacht de Bob. La bonne nouvelle ? Ces créatures dégueulasses ne m’ont pas encore trouvée. La mauvaise ? Je vais rapidement manquer de hamburgers et de tequila. Au moins, la bouffe partira avant l’alcool. Ça tombe bien, car j’aurai bien besoin d’un coup dans le nez si je veux avoir le courage de piquer un sprint hors d’ici.

Moi qui pensais que la saison des touristes ne pouvait pas être pire, voilà qu’il y a trois jours, un putain de trou s’est ouvert au beau milieu de Miami Beach. Je sais pas ce que c’était, mais on dirait qu’il a infecté une grande partie de la population locale, ce qui les a poussés à nous attaquer et nous dévorer. Beurk.

Dana a dit qu’on devrait rester à l’abri dans l’office de tourisme. Déso pas déso Dana, mais la dernière personne à qui je devais faire confiance, c’est celle qui m’a caché qu’elle se tapait le directeur de l’office de tourisme. Et ouais. J’ai bien compris pourquoi la pauvre Amber restait coincée à l’accueil pendant que Dana était promue à l’étage. En plus, s’il y a bien une chose que ma maman m’a apprise quand j’étais gamine dans les Glades, c’est qu’on ne peut pas se défendre à coup de brochure touristiques et de cartes postales. Il faut de vraies armes.

Je suis partie chez Willie, parce qu’on sait tous qu’il planque son calibre 12 derrière le bar, mais devinez quoi ! Il était déja infecté ! J’ai dû lui en mettre deux dans la tête avant de rejoindre le Paramour. C’était dangereux dans le coin, mais c’était encore pire au Blackwood. Quand j’y suis arrivée, c’était plus un trou noir qu’un hôtel, avec un gigantesque portail qui s’était ouvert au milieu de leur piscine. L’infection avait même touché Alfredo, le maître-nageur baraqué avec des tétons bizarres.

Pour être honnête, je suis un peu surprise que la Garde Nationale n’ait pas encore débarqué. J’ai l’impression que cette histoire dépasse Miami. Et si c’était le début de quelque chose de plus grand, comme une invasion soviétique ? Oh mon DIEU, est-ce que c’est une sorte de Baie des Cochons inversée, mais avec des touristes cannibales ??

En tout cas, il faut que je me casse d’ici. Je vais tomber à court de nourriture, tout le monde est mort, et Bob a disparu. C’est le chaos total. Le yacht de Bob n’a plus de carburant, mais j’ai entendu dire qu’il restait des réservoirs de carburant près du Caiman. Si je parviens à mettre la main dessus, je pourrai démarrer ce bâteau et me tailler. Une seconde, ces créatures ne savent pas nager, pas vrai ?

Souhaitez-moi bonne chance. Et si Amber doit mourir, elle mourra comme sa lui a appris : je vais me battre, crier, picoler et tabasser ces trucs jusqu’à la mort.

  • Indisponible :

Il y a deux mois, ma femme a divorcé, et elle a pris les gosses, la moitié de mon argent, et ma maison. Mon ami Billy m’a dit : "Viens en Floride, il fait beau toute l’année. Tu pourras te dorer la pilule." Je suis donc parti pour Miami histoire de bronzer un peu, et j’ai commencé à travailler pour mon cousin Frankie, qui tient Grodie’s Pub. Un mois plus tard, un ouragan arrive et détruit le bar. J’ai mis la moitié de ce qui me restait dans sa reconstruction (Bob m’a aidé, bénie soit sa générosité), et Frankie m’a nommé co-propriétaire. Deux semaines plus tard, Frankie se fait dévorer par un alligator, et le bar me revient. Mais devinez quoi : Frankie devait de l’argent à la mafia, et maintenant, je récupère sa dette. Ils sont arrivés chez moi, en costume et armés jusqu’aux dents, et ils ont pris le peu qu’il me restait, hormis le bar. Et maintenant, en plus de tout ça, le monde est tombé sur la tête et les gens sont devenus de dangereux fous furieux. Il paraît qu’ils se sont faits piquer par les frelons qui se cachent dans les palissades.

Un petit conseil. Ne venez pas en Floride.

—Jerry

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .